Reporter.pcf.fr - Soyez le média

Reporter.pcf.fr - Soyez le média
Accueil
 
 
 
 

Dans les hôpitaux , la journée de travail de 12 heures tend à se développer:

Dans les hôpitaux, la journée de travail de 12 heures tend à se développer. 

un recul social.  Certes, les journées de 12 heures se font dans le cadre de l’annualisation du temps de travail instaurée par la loi des 35 heures,  car dans la fonction publique hospitalière   l’année de travail est fixée  à 1 582 heures pour les agents  hospitalier à repos variable.
 
RAPPELONS QUE Les femmes représentent plus de 70 % du personnel hospitalier. 
 
 Au Centre Hospitalier d’Alès par exemple, où IL n'y a plus de crèche; Certaines collègues travaillent de nuit pour s’occuper de leurs enfants la journée. 
 
Dans les pôles « hébergement des personnes âgées dépendantes », c’est-à-dire les maisons de retraite, qui vient de passer « à l’essai » au premier octobre le risque montré par de nombreuses études signifie  que l’allongement de la durée quotidienne de travail a des conséquences sur " les risques de problèmes cardiaques, d’accidents de travail et de trajet augmentent, que la vigilance baisse et qu’il y a plus de risques de faute professionnelle. "
"le syndicat CGT de l’hôpital d’Alès veut rester vigilent sur les effets des 12 heures sur la santé des agents – au-delà de la « période d’essai ». La crainte du syndicat c’est aussi de voir, à terme, se multiplier les conseils de discipline, y compris pour maltraitance."
 
Rappelons que la maltraitance sur les personnes âgées restent très élèvée en France,
la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées avait révélé une recrudescence des maltraitances des adultes âgés. Pendant longtemps, cette maltraitance a été sous-estimée, ainsi que la place de vie de nos aînés.
Il est plus que temps d’améliorer la prise en charge des personnes qui résident dans des structures hospitalières. Pascal Champvert s’interrogeait dans le journal La Croix : «Comment notre pays va financer son retard en matière d’aide aux personnes âgées ?» De la même manière, Joëlle Le Gall, présidente de la Fédération nationale des associations de personnes Âgées et de leurs familles (Fnapaef), réclamait dans Le Parisien la création immédiate de 40 000 places dans les établissements. Selon ces associations, tout repose sur les familles et non la solidarité nationale.
D’autre part, L’Humanité  relatait déjà la maltraitance dont sont victimes les personnes âgées dans certaines maisons de retraite. 50 % des personnes âgées hospitalisées et 30 % des résidents des maisons de retraite sont mal nourris. En effet, à la source on trouve une accumulation d’inattentions s’apparentant à des maltraitances : préjugés alimentaires qui conduisent à la prescription de régimes trop sévères, horaires inadaptés (repas parfois servi à 17h30), effet anorexigène de la distribution des médicaments, etc. Des patients handicapés ont des difficultés pour mastiquer, ce qui conduit à un effet buccal déplorable. Des dentistes pourraient pourtant facilement intervenir en amont. Quand on rentre dans la peau d’une personne âgée, «on perd ses repères, raconte D.B. S’asseoir dans un fauteuil pour nouer ses chaussures, descendre un escalier, ouvrir une boite de médicament, décapsuler un comprimé, se coiffer, tous ces gestes simples deviennent difficiles voire impossibles.»
 
Si le degré de civilisation d’une société se mesure à ses engagements envers les plus vulnérables, il est plus que temps de s’intéresser à ce problème pour le résoudre le plus rapidement possible.
pour le personnel soignant
pour les personnes âgées 
mobilisation
 
Martine Lozano, militante PCF FDG
 
 
 
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.